Le magazine de l'actualité Auto et Moto Mercredi, 23 avril 2014 - 12:07

ESSAI DYNAMIQUE CITROEN C4 GRAND PICASSO

essai-citroen-c4-grand-picassoPicasso : c’est le nom déposé d’un monospace compact issu de la gamme intermédiaire de Citroën. On a connu la Xsara Picasso et c’est au tour maintenant de la C4 Picasso. Cette première mouture tape haut et fort puisqu’il ne s’agit de rien moins que de la version baptisée Grand C4 Picasso, pouvant accueillir jusqu’à sept passagers. Une version cinq places est également commercialisée. En regardant ce véhicule, on est saisi par le sentiment que la montée en gamme est remarquable. Il est vrai qu’il s’agit la version « high ». Mais trêve de comparaisons et livrons-nous à l’essai.

essai-citroen-c4-grand-picasso-01

STABILITE : Position de conduite, démultiplication importante de la direction, poids et prise légère de roulis surprennent au débotté. Puis l’on s ‘y fait et c’est seulement alors que l’on se rend compte que la C4 Picasso, ce grand monospace (« visiospace » pour le marketing de Citroën) est plutôt à l’aise dans les virolos. Sa direction très démultipliée durcit suffisamment lorsque le rythme s’accélère et se fait précise. Le train avant ne suscite pas de mauvaises surprises sur les revêtements imparfaits en courbes et encaisse les chocs qu’il répercute sans faire ciller le véhicule de sa trajectoire. Dans l’absolu, si l’on se place sous l’angle d’une conduite musclée, le système de suspension pourra être retenu comme un tantinet trop souple (on observe, du reste, une légère prise de roulis, nous l’avons dit). Mais, selon nous, cela relève aussi d’une accoutumance au type du véhicule car au fil de l’essai ces sensations s’estompèrent. À noter des sièges au maintien latéral perfectible.

essai-citroen-c4-grand-picasso-02
La silhouette à la fois ramassée et convexe de la C4 Picasso, sans sortir des sentiers battus, lui confère une touche de grande élégance.

MOTEUR/TRANSMISSION : Nous avons eu droit à la version 2.0 litres 143 ch à boîte robotisée. Déjà, il n’est pas facile d’emmener les 1,5 tonne du notre C4 Picasso. Mais la boîte robotisée, que nous avions déjà eu la chance d’essayer sur la C3 Pluriel et qui conjugue un mode semi-manuel avec palettes à (6) vitesses derrière le volant et un mode automatique (A ou M), ne nous séduit pas. L’idée est excellente mais les sensations, moins… Il y a des à-coups, cela manque d’onctuosité, on n’a pas la gnaque du manuel et on n’a pas non plus l’onctuosité et la quasi perfection dans la gestion des rapports de certaines boîte auto dites “intelligentes”. Il manque encore un peu de maturité à ce type de boîte, d’autant qu’elle est difficilement exploitable dans une configuration sportive qui n’est pas – convenons-en – la vocation de cette C4 très familiale. Le moteur ne manque pas de couple et s’en sort, somme toute, honorablement. Mais il manque de puissance à notre goût dans cette caisse en dépit des 143 chevaux annoncés. C’est surtout sur grande voies ouvertes et avec l’air conditionné grand ouvert (35°C au jour de l’essai) que l’on y approuverait facilement 20 ch de mieux. En ville, la facilité de la boîte robotisée et la puissance intermédiaire gomme cette impression et sans climatisation, les choses vont un peu mieux, y compris sur routes ouvertes.

essai-citroen-c4-grand-picasso-03
Faisant la part belle aux espaces vitrés, Citroën a fortement teinté toutes ses glaces arrière.

essai-citroen-c4-grand-picasso-09
Les espaces de rangement sont légion à l’avant et l’on appréciera l’espace climatisé (au centre) permettant de conserver à une relative fraîcheur des boissons, ainsi qu’il est illustré sur cette photo.

FREINAGE : Le freinage se révèle aussi progressif (sur une Citroën !, mais là, on a 1,5 tonne à arrêter) que suffisamment puissant. La stabilité est impériale lors des freinages appuyés et l’on trouve toujours un système, rarement repris par la concurrence mais qui constitue un repère primordial pour les autres usagers : la mise en fonction automatique des feux de détresse à la faveur d’un freinage violent. Cela fait des années que PSA dote ces véhicules de cette alarme de sécurité et qu’il est à peu près le seul à le faire. L’idée doit être trop simple et efficace pour encourager la pluralité des autres constructeurs à la copier…

essai-citroen-c4-grand-picasso-05
Ce bloc de deux litres et de 143 chevaux n’est pas de trop pour propulser notre Grand C4 Picasso.

citroen-c4-grand-picasso-005

citroen-c4-grand-picasso-012

LIRE LA SECONDE PARTIE DE L’ESSAI DU CITROEN C4 GRAND PICASSO

Propriété et Copyright : Automotoconso.com
Tous droits réservés. Reproduction textes, photos et mise en forme interdits sauf autorisation écrite du directeur de publication du site.

1 commentaire vers "ESSAI DYNAMIQUE CITROEN C4 GRAND PICASSO"

  1. tourabi Abdellatif's Gravatar tourabi Abdellatif
    11 novembre 2008 - 1:05 | Lien permanent

    c4 car is zero; its chassis is almost level with the ground, which makes its lower part very vulnerable to shocks and damages, unlike other cars. As to its interior, the kind of tissue used at the doors quickly gets worn out and shabby. In addition I find it disproportionate; its size does not match the power and durability of its weak engine….in brief next time I will go for other names than your poor stuff

Laisser un commentaire